Article partenaire

Le baromètre du travail 2024

Près de la moitié des salariés en Suisse sont heureux dans leur job actuel. C'est ce que révèle le dernier Workmonitor du prestataire de services en ressources humaines Randstad. Mais les possibilités d'évolution ne sont pas négociables.

L'équilibre entre vie professionnelle et vie privée, la flexibilité, la justice et l'égalité sont d'une importance capitale pour les travailleurs en 2024. Et même si l'ambition est grande d'évoluer et d'apprendre de nouvelles compétences, la perspective d'un poste plus élevé ne motive que très peu de personnes.

L'étude indépendante mesure chaque année le impressions des travailleurs et reflète les tendances du marché du travail parmi 35 000 personnes interrogées dans 34 pays. Les résultats de cette année montrent également que les travailleurs souhaitent des valeurs fortes, un soutien en matière de santé mentale et de la flexibilité de la part des entreprises.

Ces quelques aspects feront bouger le marché du travail suisse en 2024 :

Ambition & motivation

Plus de la moitié des personnes interrogées (55%) accordent plus d'importance à leur vie privée qu'à leur vie professionnelle. Dans la liste des priorités des travailleurs*, l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée est désormais aussi important que le salaire (89%). Et lorsqu'il s'agit de la prochaine étape de la carrière, l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée est même plus important (58%) qu'un salaire plus élevé (56%).

Dans ce contexte, près de la moitié (47%) n'aspirent pas à une évolution professionnelle parce qu'ils sont satisfaits de leur position. À long terme, une position stable dans l'entreprise est plus attrayante pour la plupart des répondants. Mais cela ne les empêche pas de pérenniser leurs compétences en se formant (64%), notamment dans des domaines comme l'intelligence artificielle (IA) et l'informatique.

Flexibilité

L'importance de l'équilibre entre vie professionnelle et vie privée se traduit également par le fait que le travail flexible n'est plus négociable pour les travailleurs, même si les entreprises plaident de plus en plus pour un retour au bureau. Durant les années de pandémie, de nombreux travailleurs se sont adaptés à un style de vie en retrait, ont changé de lieu de résidence ou se sont procuré un animal de compagnie, partant du principe que la flexibilité du travail resterait.

Pour plus de 3 travailleurs* sur 10, le travail à domicile n'est pas négociable. Un nombre similaire (30%) serait prêt à démissionner s'ils étaient obligés de passer plus de temps au bureau.

Il y a toutefois une nuance lorsqu'il s'agit de franchir la prochaine étape de sa carrière : Le souhait d'avoir des horaires de travail flexibles devance nettement le besoin de travailler à domicile (41% contre 34%). Le besoin de flexibilité du lieu de travail et des horaires est particulièrement marqué chez la génération des Millennials (42%).

√Čquit√© & compr√©hension

Comme ces dernières années, le sentiment d'appartenance reste un facteur essentiel dans le choix d'une entreprise. Les collaborateurs préfèrent les employeurs dont les opinions, les valeurs et les visions du monde sont en accord avec les leurs. Ils souhaitent un partenaire avec lequel ils peuvent collaborer afin de promouvoir des emplois équitables.

Plus d'un tiers d'entre eux indiquent qu'ils n'accepteraient pas un poste s'ils n'étaient pas d'accord avec les opinions de la direction de l'entreprise (37%). La même proportion souhaite partager les mêmes valeurs avec leur (futur) employeur sur les questions sociales et environnementales.

En contraste, de nombreux travailleurs ont le sentiment que leur employeur ne comprend pas les besoins de leur génération. Avec 32%, c'est surtout le cas de la génération Z. Cela pourrait expliquer pourquoi plus d'un quart des personnes interrogées ont le sentiment de ne pas pouvoir exprimer librement leur opinion et pourquoi la moitié d'entre elles n'ont pas la possibilité d'être pleinement elles-mêmes au travail (50%).

IA & compétences

Malgré des attitudes plus complexes en matière de progression professionnelle, il existe un besoin persistant de formation et de développement, tant dans le poste actuel que pour les futures étapes de la carrière (64%). Plus d'un quart (26%) irait même jusqu'à démissionner si on ne leur offrait pas des possibilités d'apprentissage et de développement (L&D) adéquates.

L'intelligence artificielle a un impact de plus en plus important sur les besoins en matière de (re)qualification. Les formations continues dans le domaine du bien-être et de la pleine conscience (31%) ne sont que plus importantes, suivies par les connaissances IT et Tech (27%), en particulier dans le domaine de l'IA (21%). Ici aussi, on constate que les salariés mettent globalement l'accent sur leur vie privée.

Ils considèrent que la responsabilité de la formation continue et du développement incombe à la fois à eux-mêmes et à leur employeur. C'est un autre signe qu'une relation de partenariat entre les salariés et l'entreprise est souhaitée.

Pour consulter tous les résultats de l'étude, cliquez ici.

Es-tu prêt à franchir une nouvelle étape dans ta carrière ?

Pour ton avenir professionnel, tu es entre de bonnes mains chez Randstad. Nos experts en recrutement partagent leurs connaissances avec toi dans des webinaires instructifs. Apprends à bien négocier ton salaire ou à faire une bonne première impression lors d'un entretien vidéo. En tant que membre de HES SUISSE, tu bénéficies d'un accès gratuit.

Infos webinaires carrière

Commentaires